NUMERO 5 – OCTOBRE 2015

Numero 5 - Octobre 2015

Achetez le numéro 5

Numéro 5 - Octobre 2015La Revue française de criminologie et de droit pénal réunit une nouvelle fois pour son cinquième numéro des contributions variées émanant de théoriciens et de praticiens du droit pénal et de la criminologie. Guillaume Bernard nous rappelle ce que fut la sanglante et médiatique épopée de la « bande à Bonnot, à la veille de la Grande Guerre. Laurent Lemasson examine la question des fondements biologiques de la criminalité, un champ de recherche aussi prometteur que semé d’embuches. Heather MacDonald nous emmène dans les couloirs de Rikers Island, la célèbre prison new-yorkaise, pour nous faire connaitre la manière dont fonctionne réellement une prison moderne, loin des clichés médiatiques et universitaires, et Dominique Ciavatti nous parle de ses 32 années d’expérience au sein de l’administration pénitentiaire française. La Revue française de criminologie et de droit pénal vous propose également une nouvelle traduction de l’article fondateur de Wilson et Kelling au sujet de la « vitre brisée », ainsi qu’un compte-rendu du dernier ouvrage du célèbre criminologue canadien Maurice Cusson, consacré à l’histoire de l’homicide.

Sommaire

› ARTICLES

La bande à Bonnot : entre crimes crapuleux et idéologie anarchiste page 3
Guillaume Bernard

Vitres brisées : la police et la sécurité de proximité page 15
James Q. Wilson et George R. Kelling

Biologie et criminalité page 33
Laurent Lemasson

› DOSSIER : LA PRISON VUE DE L’INTÉRIEUR
L’enfer de la prison page 51
Heather MacDonald

Un entretien avec Dominique Ciavatti page 73
Dominique Ciavatti

› COMPTE-RENDU
Tu ne tueras point page 93
Laurent Lemasson

 

Résumés


La bande à Bonnot : entre crimes crapuleux et idéologie anarchiste par Guillaume Bernard

La sanglante et médiatique épopée des «bandits tragiques» (1911-1912) fut le résultat de la conjonction d’une hypertrophie du moi et de la théorie de la reprise individuelle, fondement de l’anarchisme illégaliste. Au tournant des XIXe et XXe siècles, l’anarchisme s’était, en effet, scindé en divers courants. Si certains s’étaient ralliés à l’action syndicale, d’autres la rejetèrent en s’appuyant sur la formule de Kropotkine : «Tout est bon pour nous qui n’est pas la légalité». En réponse à la société bourgeoise, se développa la théorie de la «reprise individuelle» : l’indigence des miséreux s’expliquant par le vol permanent réalisé à leur détriment par des exploiteurs, voler ces derniers était donc assimilé à de la légitime défense. Ce «droit à la restitution» créa un débat houleux et une profonde fracture au sein du mouvement anarchiste entre ceux qui, comme Sébastien Faure et Le Libertaire, appréhendèrent le vol comme un acte révolutionnaire et ceux qui, à l’instar de Jean Grave et des Temps nouveaux, s’y refusèrent. Il est tentant de ne voir dans la bande à Bonnot que des criminels entendant draper leurs exactions dans les plis du drapeau noir de l’anarchie. Mais, il n’est pas certain qu’il faille balayer d’un revers de main tout idéal. Les illégalistes voulaient vivre, le plus intensément possible, sans attendre les changements sociaux. Issus de la classe sociale laborieuse, ils la jugeaient très durement : lâche devant leurs exploiteurs et incapable d’un sursaut révolutionnaire. Il ne fallait donc rien attendre, selon eux, de l’action politique.

Mots-clefs : Anarchisme ; Bagne ; Bande ; Brigades du «Tigre» ; Crime organisé,  ; Droit à la restitution ; Hold-up ; Illégalisme ; Peine de mort ; Police ; Préfecture de police ; Propagande par le fait ; Reprise individuelle ; Sûreté générale ; Travaux forcés ; Vol légal.

 

The bloody and media epic of « tragic bandits » (1911-1912) was the result of the combination hypertrophy of the ego and the theory of individual recovery, basis of anarchism illegalist. At the turn of the nineteenth and twentieth centuries, anarchism had split into various streams. If some had joined the union action, others rejected it, because of the formula of Kropotkin : « All is good for us that is not the law ». In response to bourgeois society, the theory of « individual recovery » was developed. The « right to return » created a heated debate and a deep split within the anarchist movement between those who, like Sébastien Faure and Le Libertaire, apprehended theft as a revolutionary act and those who refused it, like Jean Grave and the Temps nouveaux. It is tempting to see the Bonnot gang as criminals who draped their abuses in the folds of the black flag of anarchy. But it is not sure that we should sweep of their ideal. The illégalistes wanted to live as intensely as possible, without waiting for social change. From the working class, they considered it very hard : incapable for a revolutionary outburst. Nothing was to be expected from political action.

Keywords : Anarchism ; Steam ; Strip ; Brigades « Tiger » ; Organized crime ; Right to restitution ; Holdup ; penalty ; Police ; Police headquarters ; Propaganda by deed ; Individual resume ; General security ; Forced labor ; Legal.



Vitres brisées : la police et la sécurité de proximité par James Q. Wilson et George R. Kelling

Dans son numéro 4, la RFCDP a publié un article signé de William Bratton et George Kelling, intitulé « Pourquoi nous avons besoin de la tactique de la Vitre Brisée. » Il nous a donc paru opportun de proposer à nos lecteurs une nouvelle traduction de l’article célèbre qui a inspiré cette tactique, devenue non moins célèbre, et qui a beaucoup fait pour transformer New York en l’une des grandes métropoles les plus sûres des États-Unis, voire même du monde occidental. Comme on pourra le constater, cet article n’a rien perdu de son actualité, ni de sa pertinence.


Biologie et criminalité par Laurent Lemasson

Le criminel multirécidiviste moyen diffère du reste de la population par nombre de ses caractéristiques individuelles : l’âge, le sexe, le lieu de résidence, le niveau de diplôme, le niveau de revenu, mais aussi l’intelligence, la personnalité, etc. Or, parmi ces nombreuses caractéristiques, certaines semblent bien avoir un fondement biologique. La criminologie ne devrait pas craindre d’écouter ce que la biologie pourrait avoir à lui apprendre sur la criminalité. Et ce d’autant moins que, depuis une vingtaine d’années, les travaux scientifiques s’accumulent qui nous permettent d’avoir, pour la première fois, une idée assez rigoureuse de certains facteurs biologiques de risques en matière de criminalité. Etudier les facteurs biologiques de la criminalité ne conduit ni abolir la responsabilité morale des délinquants, ni à désespérer de parvenir à faire baisser la criminalité. En revanche cela devrait sans doute nous conduire à réviser certaines de nos idées préconçues et à abandonner certaines stratégies manifestement erronées au vue de ce que nous savons aujourd’hui.

Mots-clefs : Biologie ; Criminalité ; Criminels ; Délinquance ; Facteurs biologiques ; Multirécidivistes ; Science.

 

The average chronic offender differs from the general population by many of its individual traits : age, sex, place of residence, level of education, level of income, but also by its IQ or its personality, etc. Yet many of this traits seem to have a biological basis. Criminologists should not be afraid to listen to what the biological sciences could teach them about the causes of criminality, all the less because these sciences have accumulated, in the last two decades, a wealth of observations that, for the first time, permits us to assess quite accurately the biological basis of criminality. To study the biological basis of criminality does not mean to abolish the moral responsability of the criminals, neither does it mean to desperate to lower the crime rates. But it does mean that we should rethink some of our basic assumptions about what causes crime and about how to fight it.

Keywords : Biology ; Crime ; Criminals ; Delinquency ; Biological factors ; Repeat offenders ; Science.


L’enfer de la prison par Heather MacDonald

Les maisons d’arrêt sont l’endroit idéal pour soumettre au test de la réalité les mythes au sujet de l’incarcération. Au fur et à mesure que l’action de la police est devenue plus efficace ces quinze dernières années, elle a envoyé un volume croissant d’individus de plus en plus déséquilibrés dans le système carcéral. Régir cette population est un défi administratif extrêmement complexe. Pour y faire face, les maisons d’arrêt, comme celle de Rikers Island, ont récemment développé des principes importants pour contrôler les comportements criminels, des idées qui contredisent directement la critique foucaldienne de l’incarcération.

La discipline carcérale que les néo-Foucaldiens perçoivent comme oppressive est en réalité le seul espoir de sécurité et même, peut-être, de réinsertion, pour les détenus. Les découvertes récentes concernant l’activité de la police en milieu urbain – à savoir que l’ordre public est important, que les petites entorses aux règles de la vie en commun conduisent à de plus grands crimes, et que l’information doit être recueillie et analysée – sont toutes aussi pertinentes pour les prisons, où le chaos et la corruption menacent toujours.

Mots clefs : Prison, Rikers Island, Détenus, Gardiens, Surveillance, Supervision directe.

 

Jails are the ideal testing ground for romantic myths about incarceration. As policing has gotten more efficient over the last decade and a half, it has pumped a growing volume of increasingly troubled individuals into the jail system. Governing that population is an extremely complex management challenge. To face it, jails have been evolving important principles for controlling criminal behavior of late, ideas that directly contradict the Foucauldian critique.

Prison discipline that the neo-Foucauldians see as oppressive is inmates’ only hope for safety and even, perhaps, rehabilitation. The recent insights of urban policing—that order matters, that small violations lead to greater crimes, and that information must be gathered and analyzed—are all equally pertinent to jails, where chaos and corruption always threaten.

Keywords : Jail, Rikers Island, Inmates, Correction officers, Surveillance, Direct supervision.

 

 

 

Achetez le numéro 5

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *